Cas no.23

Ce mois-ci, nous vous présentons le cas no. 23.

Ce cas nous a été transmis par un collègue européen.
Le patient est âgé d’environ 35 ans et présente une fente palatine. L’hygiène est catastrophique, la gencive est hyper inflammatoire et le tartre est présent en quantité phénoménale.

Les incisives inférieures sont ultra mobiles. Les appareils dentaires ne sont pas du tout adaptés et blessent la gencive. L’halitose est très forte. Il s’agit d’un patient phobique.

Le Parodex

Au cours du premier examen parodontal, on note :
 
 

L’examen du biofilm au microscope

Au microscope on prend les images suivantes :
La présence des amibes est facile à détecter. Si les images ne permettent pas de l’exprimer, la mobilité est très forte. On remarque la présence des globules blancs fantôme. Les PMN dénucléés, typiques à ce genre de cas, sont incapables de compléter leur activité, l'apoptose normale ou l'activité NETs. L’indice du risque Parodontal est à 118 points. Le nombre total de millimètres des poches au-delà de 3 mm est de 197, dont 16 dents avec un décompte de 6 mm à leur maximum. Le saignement au sondage est de 100%.

Le diagnostic

Parodontite Stade III, Grade B

Traitement


Dans ce cas, une désinfection sur 4 mois a été amorcée. Le patient a été entraîné à celle-ci, 15 minutes sur 9 visites avec le brossage et le régime de maintenance au peroxyde d’hydrogène 1 %, la Poudre de Torrens b.i.d.

Le traitement, avec l’application d’une crème de Métronidazole topique 10 % pendant 3 mois et le métronidazole systémique au 4e mois, sera complété par un détartrage sous-gingival au piezo, par quadrant. Le détartrage sera amorcé une fois le constat d’une flore saine et l’infection éliminée, sur une période de 4 mois. Sans curetage ni surfaçage, le temps de cicatrisation prendra 3 mois.

Résultats


Le nouvel examen parodontal est effectué à 12 mois de l’examen initial.
 
 
Les images prises au microscope permettent de constater la nouvelle flore : commensale, coccis et filaments immobiles ; absence complète de cellules inflammatoires, de parasites et de bactéries du groupe orange et rouge de Socransky.
 
 
La fermeture de toutes les poches parodontales est constatée. Il n’y a aucun saignement et la flore est commensale. Malheureusement, il y a perte des 3 antérieures inférieures, trop avancées au départ.

En résumé
• Le risque parodontal est passé de 117 à 10
• Les poches au-delà de 3 mm de 197 à 0 mm en fin de traitement
• Le saignement, de 20 dents à 0

Le patient est maintenant autonome, il a accompli la démarche de traitement à long terme et les risques de récidive peuvent être considérés comme très faible.